RSS

La publicité, un danger?

25 mai

Saviez-vous que certaines études démontrent que les Nord-Américains sont exposés à environ 3000 publicités par jour ? Que ce soit par la télévision, la radio, les journaux, les revues, par les gros panneaux sur les routes ou encore par des marques sur nos vêtements ou sur nos appareils électroniques, l’exposition publicitaire a littéralement explosé au cours de la dernière décennie. La publicité est, plus que jamais, omniprésente. 

Même lorsque l’on va aux toilettes dans un endroit public, nous sommes exposés à consommer un produit. La situation est devenue pour le moins exubérante. Le défi  devient pratiquement d’être capable de trouver des endroits publics ou privés sans publicité. Bien que toutes les entreprises et compagnies misent sur celle-ci pour faire leur profit (ce qui n’est pas mal en soit), la publicité amène son lot d’inconvénients.

D’abord, la publicité nous impose un modèle parfait. Il n’y a plus moyen d’avoir sa propre opinion ; il faut partager l’opinion de masse. 

La publicité insiste sur les qualités d’un produit sans en souligner les défauts. Son but est simplement de capter l’attention d’un public visé pour l’inciter à adopter un comportement souhaité (et pas nécessairement souhaitable). Par exemple, qui tient compte du coût de fonctionnement d’un 4×4 en matière d’environnement par rapport à une petite berline ?

Il est difficile de différencier les désirs des besoins. La publicité nous pousse à acheter sans que l’on ait à réfléchir de la nécessité d’un produit quelconque. 

Toutes les marques que l’on porte sur nos vêtements font du corps un objet de promotion. Toute personne portant des marques aide à véhiculer l’idée que consommer une grande quantité de produits est nécessaire.

La publicité ne rapporte ce que les gens ont envie d’entendre.

La publicité dégrade les paysages. Il n’y a plus beaucoup de villes qui sont à l’abri de grands panneaux publicitaires.

La publicité favorise les inégalités en ce sens que la possession d’une paire de chaussure de marque ne devrait pas être une référence.

Puis, de toute évidence, la publicité pousse les gens à surconsommer.

Ce ne sont toutefois pas les dangers de la surconsommation qui vont arrêter les spécialistes du marketing de faire de la publicité. Bien au contraire, ils trouvent même de nouveaux moyens, jour après jour, d’influencer les consommateurs à acheter leurs produits. D’ailleurs, une des tendances de plus en plus utilisée au cours des dernières années est la publicité visant les enfants. En effet, les dépenses faites par l’industrie publicitaire destinée aux enfants sont passées de 100 millions à 2 milliards de dollars de 1990 à 2000.

Les enfants d’aujourd’hui sont les consommateurs de demain et leur influence d’achat sur leurs parents est énorme. De plus, étant donné que les familles d’aujourd’hui sont plus petites, les parents ont plus d’argent à dépenser pour leurs enfants. Puis, en raison de leurs horaires chargés qui les empêchent de passer du temps avec leurs flots, les parents se sentent coupables de ne pas satisfaire les désirs matériels de leurs petits anges. Voilà ce qui pousse les grandes entreprises à miser sur la publicité destinée aux jeunes.

Les spécialistes recourent donc à quelques stratégies précises. D’abord, il faut que le parent veule aussi ce que l’enfant veut. L’enfant doit pouvoir embêter ses parents en insistant sur les bienfaits et l’importance de posséder un produit jusqu’à ce que ces derniers éprouvent de la culpabilité à ne pas acheter ledit produit. 

Ensuite, les spécialistes s’associent régulièrement à des chercheurs et des psychologues afin de déterminer ce qui se dégage dans les tendances émotionnelles, artistiques ou sociales chez les jeunes. À partir de ces résultats, ils développent des stratégies publicitaires qui plairont au public cible. 

La fidélisation à une marque est également un aspect de la publicité qui demeure prioritaire. On dit qu’en commençant l’école, un enfant peut déjà reconnaître une centaine de logos. La marque devient donc plus importante que le produit en tant que tel. 

On utilise ce qui est appelé le marketing viral. Un peu comme avec des vedettes qui font la promotion d’un produit ou d’une marque, ce procédé consiste à utiliser les adolescents les plus «cool» d’un milieu pour promouvoir un nouveau produit. Ainsi, les autres jeunes suivront la tendance en voulant imiter les plus «cool».

La publicité dans l’éducation  n’était pas présente jusqu’à tout récemment. Par contre, les commissions scolaires font maintenant affaire avec des entreprises afin d’obtenir du matériel scolaire. En échange, les écoles laissent ces entreprises faire toutes sortes de petites publicités subtiles envers les enfants. Par exemple, un programme de lecture de Pizza Hut où les enfants reçoivent un coupon leur donnant droit à une pizza gratuite quand ils atteignent leur objectif de livres lus en un mois.

Évidemment, les spécialistes du marketing ne peuvent passer à côté d’Internet. Aujourd’hui, les jeunes grandissent dans un monde où Internet occupe une grande place. Ils naviguent souvent seuls, sans la supervision de leurs parents. Ils ne sont donc pas à l’abri des milliers, pour ne pas dire des millions de publicités qui circulent sur le web.

En somme, la publicité nous entoure et continuera de nous entourer que nous le voulions ou pas. Avouons-le, la consommation d’un produit plutôt qu’un autre n’est pas si dangereux en soit. Toutefois, la surconsommation qu’engendre la publicité, elle, est très néfaste. Ce sont les générations futures qui en souffriront.

About these ads
 
Poster un commentaire

Publié par le mai 25, 2011 dans Surconsommation

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :